Habitat participatif, une affaire reptilienne

Une histoire édifiante

C’est l’histoire d’un ingénieur que son travail amène à l’étranger.
Un jour, il passe devant un charmeur de serpents qui fait son show.
Il regarde …
Quand le charmeur a terminé son show, il tend à l’ingénieur son instrument de musique.
L’ingénieur joue de l’instrument de musique.
Morale de l’histoire
Quand tout le monde regarde le serpent, cet ingénieur-ci regarde l’instrument de musique.
Le charmeur est un bon observateur, il voit le regard de l’ingénieur, il lui tend l’instrument.
***
Un ingénieur peut cacher un joueur d’instruments de musique exotiques.
***
Les spectateurs croient que c’est la musique qui charme le serpent alors que le serpent est sourd.
Le charmeur de serpent frappe du pied et balance son instrument, c’est cela qui fait « danser » le serpent.
La musique sert à charmer le public.
***
Quand l’ingénieur construit un petit bassin dans son habitat participatif, il devient « charmeur de poissons rouges » comme le charmeur de serpents.

Habitat participatif : les apparences sont trompeuses

L’histoire précédente est éclairante pour comprendre les apparences trompeuses de l’auto-promotion.

Apparence 1 : Ce qui est difficile c’est ce qui est externe.
Le foncier, le budget, les lois et règlements .
Réalité 1 : Ce qui est vraiment difficile c’est ce qui est interne.
En chaque individu il y a une tension intense entre fric et territoire.
« Je rêve d’une grand territoire ET j’ai un petit budget.
Idem pour le groupe.
« Nous voulons une belle maison commune mais ne sommes pas prêts à réduire nos surfaces individuelles. »

Apparence 2 : Le cerveau rationnel est aux commandes.
Faire de l’auto-promotion est une question de plans et de budget.
Réalité 2 : Le cerveau reptilien met la panique.
Derrière les plans, les émotions du territoire.
Derrière le budget les émotions de fric.

Apparence 3 : Les solutions sont dans les méthodes d’organisation, de management.
Réalité 3 : Les solutions premières, les conditions nécessaires, sont de savoir faire avec le cerveau reptilien.

Apparence 4 : Quand on est très intelligent et cultivé on peut faire un habitat participatif.
Réalité 4 : Le savoir faire nécessaire est celui de l’accompagnement du cerveau reptilien de chaque individu et du groupe primitif de cerveaux reptiliens.

Voir cet article.

.

.

.

Publicité

Une réflexion sur “Habitat participatif, une affaire reptilienne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s